Le non-exercice des droits subjectifs